top of page

Voyage à ski de randonnée au Spitzberg


Glacier se jetant dans la mer au Spitzberg

C'est parti pour un voyage de deux semaines à bord du bateau Kamak (http://www.kamak-expeditions.fr), un beau voilier de 24m de long en coque acier pour affronter les glaces, et guidé par Jean Bouchet (http://www.ski-exploration-haute-latitude.fr), spécialiste du coin. Le Spitzberg est la plus grande île et la plus connue de l'archipel du Svalbard, situé à mi-chemin entre le cercle polaire arctique et le pôle nord. Elle fait plus de 400kms de long pour 39000km2 de superficie. Avec ses fjords tout au long de ses côtes, elle ressemble à certains coins de la Norvège, et avec ses glaciers se jetant dans la mer et ses montagnes élancées et parfois aiguisées, elle me rappelle le grand Sud. On peut dire que c'est un petit Antarctique, si ce n'est la faune bien différente.


Après une première sortie à ski de randonnée pas très loin de Longyearbyen, on décide de partir pour le Sud du Spitzberg, zone peu fréquentée et où la météo annonce une longue plage de beau temps. Le moins que l'on puisse dire c'est que l'on n'a pas été déçu, il a fait grand beau et le Sud est magnifique. Nous nous basons en particulier dans la baie du Hornsund, très glaciaire et montagneuse.


Malgré le jour permanent, nos journées s'organisent un peu comme des journées normales en France : petit déjeuner vers 7h30 puis nous quittons à trois le bateau vers 9h à bord du zodiac pour atteindre un point de débarquement repéré la veille. Les premiers ont le fusil, les révolvers et les jumelles en cas de présence d'un ours. Tout ceci est obligatoire mais n'est bien entendu à n'utiliser qu'en cas d'urgence absolue et en dernier recours (le meurtre d'un ours est traité comme un homicide au Spitzberg), tout doit être fait pour ne pas se retrouver nez à nez avec un ours blanc !

Pendant que le zodiac repart chercher le 2ème groupe de trois personnes, le premier groupe installe ses peaux sur ses skis de randonnée et le fait ensuite pour les suivants, afin d'être plus efficaces. Une fois tout le monde équipé le zodiac rentre au bateau et nous récupérera au retour au même endroit ou dans un autre vallon suivant le parcours envisagé (nous dialoguons grâce à des radios).


Et c'est parti pour une sortie ski de randonnée de pur bonheur, avec souvent un final sur un petit sommet, ou une crête aérienne, histoire d'allier alpinisme et ski de randonnée. Les journées s'enchaînent selon un rituel désormais bien établi, et les possibilités sont infinies.



Nous sommes début Juin et malgré l'enneigement exceptionnel cette année les températures sont plus importantes que prévues, rendant délicate une traversée bien crevassée qui nous permettrait de réaliser une magnifique course jusqu'à la crête sommitale du Hornsundtind, course comme seul Jean Bouchet, guide et initiateur du projet Kamak peut les trouver. Nous décidons de rentrer et manger un peu plus tôt, et de partir à deux heures du matin le lendemain (on s'en fout, il fait jour !). La stratégie s'avérera payante et à huit heures nous sommes là-haut, avec vue sur le bateau dans la baie auprès de qui nous pouvons demander de venir nous chercher de l'autre côté. Bascule et longue descente agréable à ski sur un glacier de l'autre côté, la boucle nous aura pris au total neuf heures, et le bateau est au rendez-vous. Au-dessus de nous une falaise regorge de milliers d'oiseaux qui piaillent, le spectacle est saisissant.





Difficile et fastidieux de décrire chaque sortie à ski de randonnée que l'on a effectué, et tous les petits plaisirs ressentis lors de ce voyage. Certains ont testé les kayaks, d'autres se sont même baignés, et tous nous avons apprécié la nourriture raffinée servie par le cuistot du bateau ! Merci à Jean pour toutes ces sorties sauvages dénichées aux 4 coins du Spitzberg, à nos deux marins Gaby et Anthony, à Minh notre cuistot, à Emilie pour m'avoir accompagné encore une fois ("she's a keeper !"), et à tous mes compagnons pour ces moments de franche camaraderie partagés.

Une seule envie, y retourner.

Le bateau Kamak est parfait pour un périple ski-voile pour les adeptes du ski de randonnée : il s'agit d'un voiler d'exploration qui a déjà de nombreuses réalisations majeures à son actif, une coque en acier et une quille longue à faible tirant d'eau de 22 mm d'épaisseur, une timonerie panoramique, de larges espaces de vie, des voiles et un moteur puissant pour pousser la glace. J''aimerais le privatiser en début de saison (Février) pour effectuer un voyage sur la côte norvégienne entre amis (10 places disponibles avec 3 membres d'équipage). Si l'idée vous tente, faîtes-moi signe !


Vue sur les fjords et les montagnes du Spitzberg






Kommentarer


Posts Récents
Archives
bottom of page