Trek au camp de base de l'Everest, Chola Pass et ascension du Mera Peak


(Photo Luc allemand)


Il y a des hasards heureux. Quand Aurélia, rencontrée par hasard à Katmandou l'an dernier alors que son trek était annulé, me fait part de son désir d'aller enfin randonner en cette fin d'année au Népal, je suis assez emballé. J'avais prévu d'aller grimper au Maroc avec un groupe mais tous se désistent au fur et à mesure (les joies de l'encadrant et organisateur bénévole...). De plus je comptais me rendre au Népal en Janvier pour récupérer une partie de mon matos bloqué en fret depuis ce printemps et l'expédition au Tilicho (https://www.pasquer-voyages.com/tilicho). Je propose l'idée du trek à Martine, rencontrée aussi en voyage et qui s'était montrée intéressée à l'époque (2016) par mon voyage en Afghanistan (ici) : mon mail tombe à pic. Alors Feu !


Le parcours de notre trek démarre de Lukla (accessible par un vol d'anthologie, phobiques de l'avion s'abstenir !), rejoint le camp de base de l'Everest, puis part à l'Ouest pour rejoindre Gokyo par le col glaciaire du Chola Pass. Ainsi nous réalisons une belle boucle plutôt qu'un aller-retour, et monterons au sommet de deux jolis belvédères au passage : le Kala Pattar, et le Gokyo Peak, tous deux culminants à plus de 5000m.


Une fois revenu à Lukla et les filles dans l'avion qui les ramène à Katmandou, j'embauche un porteur pour m'aider à porter toutes mes affaires (tente, duvet, réchaud, nourriture, vêtements et matériel d'alpinisme) dans la vallée qui remonte au pied du Mera Peak. Fin de saison, lodges fermés, le passage du col Zatrwa nous oblige à une journée difficile, heureusement que je suis acclimaté... Le beau temps permanent qui nous avait accompagné durant le premier trek a disparu et je passe trois jours dans le brouillard avant d'arriver à Khare, où les nuages disparaissent pour me laisser enfin l'occasion de voir le Mera Peak juste au-dessus. Je demande aux locaux lequel est le Mera Nord (il y a trois sommets au Mera, le Sud, le classique Central, et le Nord, le plus haut) : tout le monde me répond "personne ne va au Nord ou au Sud" ainsi que "personne ici ne grimpe sans guide". Or je dispose d'un permis hivernal (valable à partir du 1er Décembre), compte grimper en solo, et j'irais bien au Nord tant qu'à faire, donc toutes ces réflexions m'agacent ! Cela fait une heure que je suis arrivé au village, et je décide de monter directement au camp 1, à 5700m, avec ma tente et un sac lourd, bien rempli, pour un rapide aller-retour. Ca a le mérite de me calmer et de mettre un terme aux réflexions. Le soir, un sherpa qui voulait que je l'embauche me demande "Tomorrow, base camp ?" "No, today, camp 1, I went to camp 1 this afternoon to deposit my things" "??!" Dès lors, on ne me regardera plus de la même manière :-). Mon dos me fait souffrir depuis le passage du col aussi je prends deux jours de repos avant de monter au camp 1, où j'avais prévu de dormir avant de partir au sommet le lendemain. Or en y arrivant en fin de matinée, il fait beau et le vent est moins fort que prévu. Je me fais une petite soupe tout en réfléchissant : j'ai le temps d'aller au sommet, c'est couillu mais je ne sais pas comment sera le vent demain, et je me sens en forme ; allez, je décide de foncer au sommet !


Et c'est ainsi que je me retrouve en début d'après-midi au sommet du Mera Peak Central (6460m), après 1500m de dénivelé positif, 700m négatif, en 6h15 (pause et retour camp 1 compris). Aucune difficulté technique sauf sur les 50m d'arête sommitale (corde fixe à laquelle je n'ai pas voulu toucher), avec le vent qui me plaquait au sol sur de rares bourrasques, mais une certaine exposition sur le glacier qui comportait trois bonnes crevasses à passer (dont une rayant toute la face). Bien choisir son pont de neige !

L'accès au Mera Nord est un peu plus compliqué de visu, une crevasse ne me plaît pas donc je me contente du sommet habituel. Retour au camp 1 où je savoure pleinement ma réussite face au massif du Kangchenjunga, en réchauffant tant bien que mal mes orteils, bien froids.


Vidéo réalisée au sommet : https://youtu.be/8c_naJYYcNA


Retour à Katmandou où plutôt que de rentrer plus tôt en France je décide de filer dans le parc du Chitwan, histoire de voir quelques éléphants, crocodiles, rhinocéros, singes et pléthore d'oiseaux. 25 degrés dehors, ça change d'une petite hivernale et ça repose mon dos.


Prochain séjour au Népal prévu en 2023, où j'encadrerais bien un petit groupe d'alpinistes (et si possible de mon club) désireux de vivre sa 1ère expédition, sur un beau 6000m (en autonomie, sans porteurs d'altitude ni guide bien entendu), vous pouvez d'ores et déjà faire acte de candidature ;-)


Passionné par les ascensions en altitude, n'hésitez pas à me demander par mail le petit livret de conseils que j'ai réalisé à la suite de mes ascensions. Ni à me solliciter pour toute aide liée à l'organisation : https://www.pasquer-voyages.com/aide-aux-voyages-et-expeditions


Posts Récents
Archives